Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Economie comportementale : le nouveau chamboule-tout des études marketing ?

Si l’économie comportementale fait de plus en plus d’adeptes, beaucoup de professionnels du marketing observent ces théories encore d’assez loin aujourd’hui…

Quelle est donc la portée de ce courant théorique ? Que nous apporte-t-il de fondamentalement nouveau dans la compréhension des consommateurs et des citoyens ?

Nous invite-t-il à chambouler la pratique des études marketing ? Et si oui, quels sont donc les contours du bon aggiornamento à effectuer, quelles approches devraient-elles être abandonnées ou au contraire privilégiées ?

Nous vous proposons de découvrir une première série de trois points de vue sur ce thème avec les interviews d’Etienne Bressoud (BVA), Diouldé Chartier-Beffa (D'Cap Research) et Cécile Batho (Brain Value)



Cécile Batho

Account director
chez Brain Value
Les Jourdain de l’économie comportementale ?

Les Jourdain de l’économie comportementale ?

Et si les qualitativistes intégraient déjà fortement et naturellement les enseignements de l’économie comportementale, un peu comme Mr Jourdain faisait de la prose : sans le savoir ? C’est l’hypothèse que nous fait partager Cécile Batho (Brain Value). En pointant du doigt certains malentendus. Et en évoquant les axes selon lesquels les études qualitatives pourraient plus systématiquement s’approprier ces learnings, dans un double mouvement de ressourcement et de prolongement vers des champs connexes.

Etienne Bressoud

Directeur Conseil Innovation
de BVA
Une transformation profonde, dans la durée

Une transformation profonde, dans la durée

Aux yeux d’Etienne Bressoud (BVA), l’économie comportementale n’est certainement pas un effet de mode, ni même à l’opposé une révolution qui devrait nous conduire à rejeter systématiquement les principales techniques encore utilisées aujourd’hui dans la recherche marketing. Elle s’apparente bien néanmoins à un mouvement de fond, qui devrait dans la durée avoir un impact à la fois sur la pratique des études (avec une forte intégration de l’expérimentation), sur le métier, et même au-delà sur le « câblage » marketing des entreprises. 

Diouldé Chartier

Fondatrice de DCap Research
Une double formidable opportunité

Une double formidable opportunité

Pour Diouldé Chartier-Beffa (D’Cap Research), l’économie comportementale pourrait avoir un impact considérable sur la recherche marketing… En l’invitant à se réapproprier ses fondements scientifiques, elle lui ouvre (enfin !) la possibilité de valoriser le conseil qu’elle est à même d’apporter aux entreprises. Mais elle est aussi une vraie occasion pour les marques et les institutions de repenser l’expérience des consommateurs, à la condition toutefois de ne pas s’enfermer dans l’idée que l’on peut tout régler avec des micro-initiatives !

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?