Le baromètre 2016
Etudes et Intelligence Marketing

Mais à quoi ressemblera le consommateur de demain ?
(volet 1)

C’est bien connu, l’exercice de la prévision est un des plus difficiles qui soit... Mais s’y dérober n’est pas la meilleure option : mieux vaut au moins formuler quelques hypothèses pour se donner une chance d'anticiper un peu sur demain.

Sans se lancer donc dans de la grande science fiction, quelles sont les lignes de force qui peuvent se dégager quant aux consommateurs des 5 à 10 ans à venir (disons d’ici à 2020) ? A quels changements faut-il s’attendre quant à leurs profils et leurs attentes ? A quels enjeux les entreprises et les organisations doivent-elles se préparer ?

Nous vous proposons de découvrir ici une première série de réponses à ces grandes questions avec les interviews de Rémy Oudghiri, Agnès Gilbert et Francoise Hernaez-Fourrier (Ipsos), Danielle Rapoport (DRC), Xavier Charpentier et Véronique Langlois (FreeThinking)



Xavier Charpentier
et Véronique Langlois

Directeurs associés
et co-fondateurs
de FreeThinking
Quand la paupérisation de la société change la donne…

Quand la paupérisation de la société change la donne…

Et si la paupérisation de nos sociétés (avec l’effacement des perspectives de croissance) était la tendance pivot pour imaginer la consommation de demain ? Telle est l’hypothèse centrale avancée ici par l’équipe de FreeThinking, qui dresse quelques uns des grands enjeux auxquels les marques et les acteurs du monde économique devraient avoir à faire face, avec le double impératif de penser et d’agir à long terme, mais aussi de faire preuve de toute l’agilité nécessaire dans un monde où tout peut basculer très vite.

Rémy Oudghiri,
Françoise Hernaez-Fourrier
et Agnès Gilbert

Ipsos Public Affairs
et Ipsos ASI
A consommateurs nouveaux, nouvelles règles du jeu pour les marques

A consommateurs nouveaux, nouvelles règles du jeu pour les marques

Si l’on s’en tient à l’horizon des 5 à 10 ans à venir, des lignes de force s’imposent quant au consommateur de demain. Mais au-delà de ce qui peut apparaître comme des évidences (comme la poursuite de cette méga-tendance de la digitalisation de notre société), encore faut-il en formuler les implications, qui constituent autant d’enjeux essentiels aux yeux de Rémy Oudghiri, Agnès Gilbert et Françoise Hernaez-Fourrier (Ipsos France), dont vous proposons de découvrir ici les propos croisés.

Danielle Rapoport

Directrice fondatrice
de DRC
Une mutation en profondeur du statut même de la consommation

Une mutation en profondeur du statut même de la consommation

Pour Danielle Rapoport (DRC), appréhender le consommateur de demain suppose d’abord de s’intéresser à un certain nombre d’évolutions socio-démographiques qui, aussi évidentes qu’elles soient, méritent que l’on en tire toutes les conséquences. Mais, en connexion avec ces évolutions,  il y a aussi un réel enjeu pour les marques à tenir compte d’une mutation en profondeur du statut même de la consommation, et donc du « consommateur » lui-même, au risque pour elles de se voir évincer du jeu…

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?