Le baromètre 2019
MRNews-Callson

Agilité et études marketing : mode d'emploi (volet 2)

L’agilité ! Voilà une notion décidément bien au coeur des réflexions et des échanges, au sein des entreprises et plus largement dans tout le spectre des sociétés qui les accompagnent.

Ne s’agit-il que d’un buzz-word au final assez vide de sens ?

Ou bien d’un impératif parmi les plus structurants qui soient, en particulier pour l’univers des études et de l’intelligence marketing ? Et si oui, en quoi ? Et comment doit-il être négocié de sorte à éviter les embuches potentielles, et être réellement vecteur d’efficacité ?

Nous vous proposons de découvrir une seconde série de réponses à ces questions, avec les interviews de Nathalie Perrio-Combeaux et Patrick Van Bloeme (Groupe ITWP), Lambert Lagrevol (Enov), Aurélie Bouillot (Stratégir - WSA). Et, en complément, de ce nouveau dossier, avec le point de vue d’Olivier Lagrand et Valérie-Anne Paglia (Ipsos).

Linkedin



Nathalie Perrio-Combeaux
et Patrick Van Bloeme

Co-présidents d'ITWP France
(Harris Interactive et Toluna)
« Le besoin d’agilité des entreprises est une vraie chance pour les études marketing»

« Le besoin d’agilité des entreprises est une vraie chance pour les études marketing»

Et si le besoin - et même l’impératif - d’agilité des entreprises étaient une superbe chance à saisir pour les études marketing, bien plus qu’un risque ? C’est la conviction que développent ici Nathalie Perrio-Combeaux et Patrick Van Bloeme. En mettant en avant la puissance de la combinaison associant l’expertise de l’institut et les possibilités offertes par la technologie et les panels. Et en évoquant la véritable mutation qui doit être accomplie tant du côté des sociétés d’études qu’au sein des équipes des annonceurs.

Aurélie Bouillot

Directrice du développement,
experte Marque et
Responsabilité
(Stratégir - WSA)
« L’agilité demande une réflexion commune entre instituts et annonceurs »

« L’agilité demande une réflexion commune entre instituts et annonceurs »

Pour Aurélie Bouillot (Stratégir-WSA), aider les organisations à être plus agiles requiert un vrai engagement des instituts. Ceux-ci doivent contribuer à une meilleure connexion entre marques et consommateurs - pour aboutir à une connaissance plus incarnée -, trouver des solutions facilitantes dans toutes les étapes des projets d’études (recueil, analyse, partage des résultats). Et apporter enfin une réelle valeur ajoutée dans la mécanique de la co-création. Mais cela suppose aussi de ré-inventer la façon de travailler ensemble…

Lambert Lagrevol

DG d'Enov
« Les communautés ont été un vrai point de bascule vers l’agilité »

« Les communautés ont été un vrai point de bascule vers l’agilité »

Plus vite, mieux, et « smarter » (plus astucieusement)… Ce sont les trois adjectifs clés définissant les études en mode agile pour Lambert Lagrevol, DG d’Enov. La condition sine qua non étant de mettre en œuvre de nouvelles façons de travailler ensemble, entre instituts et annonceurs, et avec les consommateurs ; beaucoup de choses restant à inventer. S’ils ne font pas tout à ses yeux, les outils ont néanmoins leur importance dans l’implémentation de cette agilité, avec un apport considérable des communautés.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?