Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Ces "petites" études marketing si éclairantes... (volet 2)

D’une manière ou d’une autre, voilà bien une question qui se pose à toutes les entreprises, petites ou grandes. Comment faire beaucoup avec peu, ou en l’occurrence comment obtenir des éclairages délivrant le maximum de valeur ajoutée pour un minimum de moyens ?

Que l’on pose la question sous l’angle du retour sur investissement des études marketing, ou plus largement sous celui de leur meilleure efficacité, vos réactions montrent à l’évidence que le sujet est sensible…

Nous poursuivons donc sur ce thème avec Eric Lombard (Numsight), Guillaume Antonietti (Côté Clients), et Raphaël Clavé (Harris Interactive), qui nous livrent leurs réflexions et de nouveaux exemples de ces « petites » études si éclairantes !

 



Raphaël Clavé

Directeur du développement
TMTE
Un "doute méthodique" payant

Un "doute méthodique" payant

Aux yeux de Raphaël Clavé (Harris Interactive), les entreprises ont beaucoup à gagner à cultiver le doute. L’intuition est certes incontournable. Mais il y aussi un réel intérêt à savoir remettre en cause ces intuitions et à en objectiver la pertinence. En d’autres termes, il faut savoir valider ou invalider ce qui peut apparaître comme des évidences. Surtout pour ces clés décisives et à très fort enjeu business (la communication, le prix), dont le bon calage peut se faire à peu de frais.

Eric Lombard

Managing Partner
Pour une meilleure "écologie" des études

Pour une meilleure "écologie" des études

Pour Eric Lombard, le sens de l’histoire est bien celui d’une « écologie » renforcée des études marketing. Moins d’éléments immédiatement jetables, et plus d’efforts pour aboutir à une réelle intelligence des consommateurs pour identifier ainsi de réelles opportunités de croissance pour les entreprises. Cela suppose des ré-arbitrages dans les dépenses des annonceurs, mais aussi la pratique du recyclage et la mise en œuvre d’études à géométrie variable…

Un peu de magie, beaucoup de bons sens…et de discipline

Comment obtenir beaucoup avec peu ? Dans une conjoncture économique aussi maussade, voilà bien une question d’actualité ! Celle-ci ne faisant qu’amplifier sans doute une préoccupation naturellement bien présente au sein des équipes études marketing chez les annonceurs. Bien sûr, il faut savoir raison garder : un minimum de moyen est nécessaire pour parvenir à des éclairages intéressants. Mais au fond, n’est-ce pas le cœur même de la mission des études marketing que d’apporter beaucoup (que ce soit en termes de nouveaux revenus ou d’économies potentielles pour les entreprises), avec peu : quelques données, et un peu de matière grise ? Ces quelques données et ce peu de matière grise, avec les quelques milliers d’euros qui vont avec, qui peuvent en faire gagner ou économiser des millions : c’est possible, et cela fait bien partie de la « magie » de cette fonction.

Raison de plus pour se pencher sur cette question (...)

Guillaume Antonietti

Directeur fondateur
Avantage aux spécialistes !

Avantage aux spécialistes !

Sur le papier, l’équation semble évidente : disposer des bonnes informations et des bonnes analyses au moindre coût. Mais aux yeux de Guillaume Antonietti (Côté Clients), aller dans ce sens suppose de mettre effectivement en œuvre des pratiques qui ne sont pas si habituelles que cela dans le métier des études. Un métier qui doit sans doute évoluer pour apporter une valeur ajoutée plus évidente, avec une dynamique qui devrait clairement être à l’avantage des spécialistes.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?