Le baromètre 2016
Etudes et Intelligence Marketing

Ces "petites" études marketing si éclairantes...

Des ressources importantes sont consacrées par les entreprises pour des études marketing de fond : des études tout à fait indispensables (études de cadrage, usage et attitude, segmentation de marché,...) mais pour lesquelles le retour sur investissement est difficile à mesurer, voir incertain

Mais à côté de ces études, il y a aussi un espace important pour des solutions peu couteuses, susceptibles d’apporter aux annonceurs des éclairages très précieux, avec une valeur ajoutée évidente et parfois assez immédiate.

C’est le thème que nous vous proposons pour ce nouveau dossier, avec les interviews de Stéphane Marder (LH2), Guillaume Weill (CRM Metrix) et Adeline Attia (Allegoria Consultants), et une première série d’exemples de ces « petites » études si éclairantes !

 



Stéphane Marder

Directeur général exécutif
Se focaliser sur les "clés" consommateurs les plus opérantes...

Se focaliser sur les "clés" consommateurs les plus opérantes...

S’il y a bien une thématique sur laquelle les études marketing peuvent apporter une valeur ajoutée forte et évidente, aux yeux de Stéphane Marder (directeur général de LH2), cela serait bien celle du prix. « Une connaissance claire des consommateurs met très vite en évidence des leviers bien plus puissants qu’on ne l’imagine à priori » nous dit-il, ce qui s’inscrit bien dans ce besoin des annonceurs d’un lien le plus évident possible entre connaissance des consommateurs et business…

Guillaume Weill

Directeur général
CRM Metrix
De nouvelles pratiques pour plus de valeur ajoutée

De nouvelles pratiques pour plus de valeur ajoutée

Pour le directeur général de crmmetrix, les exemples d’études à faible prix et à forte valeur ajoutée opérationnelle ne manquent pas, en particulier dans la sphère du marketing digital. Mais au-delà des cas particuliers, renforcer le retour sur investissement des études suppose de mettre en oeuvre des évolutions assez profondes de la façon d’exercer le métier nous dit Guillaume Weill, tout en préservant la valeur ajoutée spécifique que les études apportent aux annonceurs. 

Adeline Attia

Présidente
Allegoria Consultants
Des allocations de ressources plus favorables à la création de valeur

Des allocations de ressources plus favorables à la création de valeur

Et si l’on faisait de nécessité vertu ? Et si la contrainte de faire light était un bon moyen de donner toute sa place à ce qui fait l’essentiel de la valeur ajoutée des études :  la contextualisation en amont des projets, le temps de l’analyse et de la créativité en aval ? C’est en substance la vision que nous propose Adeline Attia, présidente d’Allegoria Consultants, pour qui valeur ajoutée ne rime pas forcément avec immédiateté…

Tous les moyens sont bons !

Sur ce thème des "petites" études bien éclairantes, voici donc une première série d'exemples, histoire d’illustrer de ce qui peut être fait en la matière. Au travers du prisme des instituts que nous avons sollicités à l’occasion de ce dossier, on saisit bien la pression qui existe côté annonceurs pour optimiser et démontrer le retour sur investissement des études. Ou du moins la perception de ce retour sur investissement parce que là est bien l'enjeu : justifier du lancement d'une étude, ou plus largement d'un budget. Sans vouloir aplatir les propos de nos contributeurs ni enfermer ceux-ci dans des caricatures, on voit néanmoins se dessiner, en filigrane de ces exemples, trois "écoles" sur lesquelles il nous semble intéressant de revenir.

L’école « mécaniste »

La première école pourrait s'intituler "si…alors", même si cela sonne peut-être mieux en anglais (if…than, comme dans les langages de programmation informatique). Elle s'applique aux études quantitatives.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?