Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Comment réussir ses segmentations clients ? (volet 1)

Rien n’est plus simple en apparence que de segmenter ses clients...

Et pourtant ! Construire une segmentation qui fasse pleinement sens pour action auprès de la majorité des services et des collaborateurs concernés est le plus souvent un vrai casse-tête pour les entreprises...

Quelles sont les réflexions dont il faut s’inspirer pour se donner les meilleures chances de succès en la matière, ou en tout cas pour éviter les pièges les plus classiques ? Quelles sont les approches les plus efficaces ?

Nous vous proposons de découvrir une première série de points de vue à ce sujet avec les interviews de Sophie Cohen (Numsight), Stéphane Marder (Future Thinking France) et Philippe Bourrat (Ducker Worldwide)



Sylvie Cohen

Managing Partner
Numsight
Une segmentation réussie est d'abord une segmentation utilisée et partagée

Une segmentation réussie est d'abord une segmentation utilisée et partagée

Si la différence entre une bonne et une mauvaise segmentation est naturellement affaire d’expérience et de technicité, le meilleur juge de la réussite d’une segmentation reste néanmoins le fait que celle-ci soit utilisée et partagée au sein de l’entreprise. C’est la vision que développe ici Sylvie Cohen (Numsight), avec un fort encouragement à une démarche pragmatique où l’action prime avant tout, en acceptant d’avancer pas à pas, quitte à commencer modestement, et en évoluant vers des solutions plus sophistiquées.

Philippe Bourrat

Président Europe
Ducker Worldwide
La segmentation dans le BtoB : une belle occasion de s'exprimer pour le marketing

La segmentation dans le BtoB : une belle occasion de s'exprimer pour le marketing

L’exercice de la segmentation est rarement simple, quels que soient les marchés considérés. Mais il a toutes les chances de devoir se faire avec une couche de complexité additionnelle dans l’univers du Business to business, où la voix du marketing a parfois un peu de mal à se faire entendre. Mais, nous dit en substance Philippe Bourrat (Ducker Europe), c’est aussi pour cela qu’elle constitue une belle opportunité pour le marketing d’exprimer sa valeur ajoutée, en aidant l’entreprise à se poser les bonnes questions.

Stéphane Marder

Président de
Future Thinking France
Une segmentation « universelle » au service de plus d’opérationnalité...

Une segmentation « universelle » au service de plus d’opérationnalité...

Et si les comportements des clients, toutes catégories de produits ou de services confondus, s’inscrivaient dans quelques grands « patterns » psychologiques bien identifiables, demandant en retour des actions différenciés ? Et s’il y avait donc une segmentation universelle, porteuse d’une opérationnalité renforcée par rapport aux segmentations « ad-hoc » ? C’est la conviction que nous présente ici Stéphane Marder, président de Futur Thinking France, sur la base d’une étude fondatrice réalisée dans plus de 20 pays.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?