Le baromètre 2016
Etudes et Intelligence Marketing

Comment réussir ses segmentations clients ? (volet 2)

En théorie, rien de tel qu’une bonne segmentation clients pour donner la meilleure efficacité possible à son marketing, et détecter de nouvelles opportunités.

Mais en pratique, l’exercice ressemble souvent à un devoir imposé, avec à la clé beaucoup d’interrogations, et même de frustrations à l'arrivée…

Quelles sont donc les options à suivre pour se donner les meilleures chances de succès dans cet exercice essentiel ? Comment éviter les pièges dans lesquels il est facile de tomber ?

Nous vous proposons de découvrir une deuxième série de points de vue à ce sujet avec les interviews de Jean-Baptiste Bouzige (Eki Metrics), Michaël Bendavid (Strategic Research), Philippe Savereux et Alexis Bonis Charancle (Market Vision / B3 TSI), en suite à notre 1er volet.

<

Jean-Baptiste Bouzige

PDG d'Eki Metrics
Le grand enjeu de la bonne architecture des données des entreprises

Le grand enjeu de la bonne architecture des données des entreprises

Si la qualité des itérations à effectuer entre les données et leur sens pour action est essentielle dans la réussite d’une segmentation, il y a bien aussi un enjeu primordial pour les entreprises dans la capacité à connecter les différentes sources d’informations et à croiser les données clients qui en émanent. C’est là que se joue en grande partie la pertinence et l’efficacité des actions des entreprises nous dit en substance Jean Baptiste Bouzige, PDG d’EkiMetrics, qui nous fait partager ici ses convictions.

Philippe Savereux
et Alexis Bonis Charancle

Directeur de Market Vision
DG de B3 TSI
La bonne complémentarité du quali et du quanti : de la théorie à la pratique

La bonne complémentarité du quali et du quanti : de la théorie à la pratique

Dire que la réussite d’une segmentation passe par une bonne complémentarité du « quali » et du « quanti » relève quasiment de l'évidence. Mais encore ? Quelles sont les bonnes options philosophiques et pratiques ? Les recettes les plus pertinentes ? Ce sont les questions que nous avons posées à Philippe Savereux (Market Vision) et Alexis Bonis Charancle (B3 TSI), qui travaillent en partenariat sur ces problématiques de segmentation et nous dévoilent ici quelques aspects de la « cuisine » inhérente à cet exercice.

Michaël Bendavid

Directeur Général
Strategic Research
Un exercice qui ne peut être réussi sans des parti-pris clairs et engageants

Un exercice qui ne peut être réussi sans des parti-pris clairs et engageants

Segmenter efficacement une clientèle ou un marché est un exercice qui requiert naturellement beaucoup de technicité et une bonne dose d’expérience. Mais une bien mauvaise option serait précisément de se focaliser sur cette technicité nous dit en substance Michael Bendavid, directeur général et fondateur de Strategic Research, qui nous interpelle ici sur la nécessité de ne pas se dérober à la définition de priorités claires, avec des partis pris engageants pour l’entreprise preneuse d’une segmentation réellement utile.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?