Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Comment réveiller le potentiel d'une marque ? (volet 1)

Dans l’univers des marques, il y a celles que la littérature marketing ne cesse d’évoquer : les Apple, Coca Cola, Google, IBM, Nike,… Et il y a bien sûr toutes les autres qui, sans être des stars, ont néanmoins une valeur. Mais pour toutes ces marques se pose la même grande question : comment éviter de passer à côté de son potentiel, comment éviter même parfois de s’endormir ?

Quels sont donc les prismes d’analyses et les diagnostics qui permettent d’identifier pour ces marques les pistes d’une plus grande efficacité ? Quelles démarches seraient intéressantes à suivre pour mieux exploiter leur potentiel et ainsi les revitaliser ?

Nous vous proposons de découvrir une première série de points de vue à ce sujet avec les interviews de Bruno Botton et Christophe Bouillon (GfK), Catherine Finet (CFC) et Danielle Rapoport (DRC)



Danielle Rapoport

Directrice fondatrice
de DRC
L’enjeu des marques à renouer avec le désir et l’émotion

L’enjeu des marques à renouer avec le désir et l’émotion

L’érosion des performances d’une marque sur ses marchés peut bien sûr provenir d’un ensemble varié de causes. Mais pour Danielle Rapoport (DRC)elle peut être le signal d’une interrogation salutaire à déclencher au sein de l’entreprise : celle de savoir si ne couve pas en elle une forme de « dépression » et avec elle une panne de désir. Le sien, mais aussi celui de ses consommateurs. L’enjeu serait alors pour la marque de retrouver l’émotion qui la fait avancer, pour se projeter dans le futur et revenir ainsi à une plus grande désirabilité.

Bruno Botton
et Christophe Bouillon

Directeur Général
et Directeur de l'Expertise
Brand and Customer
Experience
Un diagnostic structuré de la qualité de la rencontre marque - consommateurs

Un diagnostic structuré de la qualité de la rencontre marque - consommateurs

Rien de tel qu’un diagnostic bien structuré pour cerner une possible sous-utilisation du potentiel de la marque, et identifier les priorités d’action. C’est en substance la position que développent ici Bruno Botton et Christophe Bouillon (GfK) avec l’invitation à ne rien occulter d’essentiel dans ce check-up, depuis la bonne adaptation des offres jusqu’à la qualité globale de l’expérience-client, et en accordant une importance toute particulière au décodage du type de relation existant entre les consommateurs et la marque. 

Catherine Finet

Directrice de CFC
De l’impératif des marques à être au clair avec leur mission.

De l’impératif des marques à être au clair avec leur mission.

Et si une marque en pleine possession de ses moyens était d’abord et avant tout une marque au clair avec sa mission ? Telle est l’hypothèse que développe ici Catherine Finet (CFC), en insistant sur l’importance première de la qualité des racines de la marque, et sur la double nécessité - dans le travail d'accompagnement des marques - d’aller très loin dans la profondeur de l’analyse, mais aussi d'être extrêmement précis quant à la façon dont celles-ci doivent s’incarner et créer du lien. Comme si elles étaient des personnes en somme.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?