Le baromètre 2019
MRNews-Callson

Covid-19 : Comment se préparer au monde et aux consommateurs « d’après » ? (volet 1)

Avec la pandémie Covid-19, les entreprises comme les individus doivent composer avec le doute. Nous n’avons que bien peu de certitudes, si ce n’est qu’il nous faut apprendre à vivre durablement avec le virus et ses conséquences. Et qu’il y aura certes un "après Covid-19 », mais avec un mix bien difficile à imaginer entre les effets de « retour à la normale » et des évolutions majeures par rapport au monde d’avant.

Comment les entreprises et leurs marques peuvent-elles s’adapter à ce contexte ? Comment peuvent-elles anticiper et se préparer à ce monde et aux consommateurs d’après ? Avec quel prisme d’observation et d’analyse pour action ? et quels outils ?

Nous vous proposons de découvrir à ce sujet une première série de points de vue, avec les interviews de Dominique Levy (BVA), Diouldé Chartier-Beffa (DCap Research) et Anne-Sophie Damelincourt (Blue Lemon Insight & Strategy)



Dominique Levy

DGA de BVA
"Le monde d’après est ce que nous en ferons !"

"Le monde d’après est ce que nous en ferons !"

Une conviction forte imprègne la vision que nous livre ici Dominique Levy (BVA) : celle que le « monde d’après » n’existe pas. Plus personne n’étant à même de se projeter sur le long terme, la demande n’est plus le bon repère. L’impératif pour les entreprises et tous les acteurs est donc de réinventer l’offre et les expériences proposées, au cas par cas. En s’appuyant sur ce que l’on sait déjà et sur l’observation des initiatives gagnantes, petites ou grandes. Et en faisant la part belle au principe de la co-création.

Dioulde Chartier

Fondatrice de DCap Research
"Cette folle période est aussi un vrai temps pour les entrepreneurs !"

"Cette folle période est aussi un vrai temps pour les entrepreneurs !"

Et si cette folle période que nous vivons était aussi un vrai temps pour les entrepreneurs ? C’est l’hypothèse que soulève Diouldé Chartier-Beffa (Dcap Research), qui évoque l’impératif pour les entreprises d’agir à 100% dans le présent, en fonction des ressources qu’elles peuvent mobiliser ici et maintenant pour répondre aux besoins de la société. Elle souligne à contrario le danger qu’il y aurait à « faire le gros dos » en attendant que l’orage passe, ou bien encore à ne pas écouter l’aspiration des gens à un futur désirable.

Anne-Sophie Damelincourt

Fondatrice de Blue Lemon
Insight & Strategy,
Trésorière d’Esomar
"L’adaptation permanente est la priorité des priorités"

"L’adaptation permanente est la priorité des priorités"

Pour Anne-Sophie Damelincourt (Blue Lemon Insight & Strategy), l’hypothèse la plus vraisemblable quant au monde d’après Covid-19 est l’accélération d’un certain nombre de tendances déjà bien présentes, à commencer par la place toujours plus importante de la technologie dans nos vies. Mais l’imprévisible s’incruste néanmoins dans le paysage. Avec l’impératif, pour les marques, de rester les mieux connectées possible aux individus, avec les bons outils de veille, et de faire de l’adaptation permanente une règle d’or.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?