Le baromètre 2019
MRNews-Callson

Etudes "ethno" : le grand renouveau ? (volet 1)

De nombreux signes laissent à penser que les approches de type « ethno » bénéficient aujourd’hui d’un regain d’intérêt significatif….

Mais cela correspond-il à une réalité et à un vrai besoin de la part des entreprises ? Si oui pour quelles raisons de fond ?

Pour couvrir quels types de problématiques et selon quels designs ?

Et pour quels avantages ?

Nous vous proposons de découvrir une première série de réponses à ces questions avec les interviews de Laurence Bertéa-Granet (Harris Interactive), Delphine Sajat (Ipsos) et Elisabeth Martine-Cosnefroy (Adequation MR)



Elisabeth Martine Cosnefroy

Fondatrice d'Adéquation
Market Research
Un super levier de conversion de l’entreprise à la vision « conso »

Un super levier de conversion de l’entreprise à la vision « conso »

Et si l’ethno — et en l’occurrence la formation des collaborateurs des entreprises à l’art de mener des entretiens auprès de leurs clients, à domicile ou dans les lieux de vente — était un levier bien efficace de conversion à la « consumer orientation » ? C’est l’expérience dont témoigne Elisabeth Martine-Cosnefroy (Adequation MR), qui a formalisé et mis en oeuvre des protocoles ambitieux pour travailler en ce sens et répondre ainsi à un besoin grandissant au sein des entreprises, celui de retrouver plus de sens !

Delphine Sajat

Directrice de l’Ethnographic
Center of Excellence d'Ipsos
Une invitation au slow-thinking

Une invitation au slow-thinking

Et si le recours à l’ethnographie dans les études marketing était une invitation pour les entreprises à échapper au diktat de l’agilité et de l’urgence pour faire un détour vers le slow thinking et se donner ainsi les meilleures chances d’identifier des pistes d’innovation, à la fois réellement pertinentes pour les consommateurs et différenciantes ? C’est la proposition que développe ici Delphine Sajat (Ipsos), en rappelant au passage les principes clés d’une technique devenue — par effet de mode — sans doute un peu trop « fourre-tout ».

Laurence Bertéa-Granet

Directrice Adjointe du
Département Etudes
qualitatives
Harris Interactive
Une expertise on ne peut plus vivante

Une expertise on ne peut plus vivante

S’il y a bien un attrait et même une demande croissante de la part des entreprises en faveur de l’ethno, le renouveau de cette discipline coïncide aussi avec des évolutions importantes. Sur son rôle dans la connaissance des consommateurs et dans les processus d’innovation - avec la diffusion des démarches de design thinking -, mais également dans les pratiques qu’elle recouvre, qui se sont considérablement transformées et enrichies. C’est ce que partage ici Laurence Bertéa-Granet (Harris Interactive), en évoquant au passage certaines dérives à éviter.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?