Le baromètre 2018
Etudes et Intelligence Marketing

Etudes "ethno" : le grand renouveau ? (volet 2)

L’ethno bénéficie d’un regain d’intérêt qui semble manifeste.

Mais qu’en est-il dans la pratique ? Est-on vraiment dans l’ethnographie ? Est-ce un phénomène qui risque être éphémère ou bien s’inscrit-il dans des tendances de fond ?

Quels sont, du côté les entreprises, les besoins explicites ou sous-jacents qui expliquent ce renouveau ?

Qu’est-ce qui justifie au fond cet intérêt ? Pour traiter quelles problématiques ? Avec quels avantages spécifiques ?

Nous vous proposons de découvrir une nouvelle série de réponses à ces questions avec les interviews de Maria Di Giovanni et Céline Grégoire (Sorgem Advance), Dominique Suire (Strategir – WSA), Frédérique Nicolas et Loan Roger (Audirep)



Dominique Suire

Directrice associée
Stratégir WSA
Une voie royale pour l’innovation « customer-centric »

Une voie royale pour l’innovation « customer-centric »

Et si le recours à l’ethno était une voie royale pour les entreprises pour parvenir à la fameuse « customer centricity » ? A la fois pour comprendre les consommateurs avec la profondeur nécessaire dans des environnements toujours plus complexes. Mais aussi pour pouvoir zoomer sur des enjeux pratiques et générer les innovations les plus puissantes, celles qui simplifient réellement la vie des gens ? C'est la vision que développe Dominique Suire (Strategir - WSA), sans occulter les raisons économiques qui concourent à ce regain.

Frédérique Nicolas
et Loan Roger

Associée-Directrice du
Département Etudes
Qualitatives et Chargée
d'études - Audirep
« 1 geste vaut 1000 mots »

« 1 geste vaut 1000 mots »

Comme le souligne Antonio Damasio et contrairement à ce qui a longtemps été la doxa dominante, nos émotions s’inscrivent en premier lieu dans nos corps. Une excellente raison donc aux yeux de Frédérique Nicolas et Loan Roger (Audirep) pour que les études marketing s’approprient ces différentes disciplines — l’ethnologie, l’éthologie, mais aussi la synergologie — les plus à même de saisir les émotions des consommateurs, dans un contexte où les enjeux de la customer centricity et de la qualité de l’expérience ne cessent de croitre en importance.

Maria Di Giovanni
et Céline Grégoire

Directrice Générale
et Deputy Managing Director
Une radicalisation de la démarche qualitative

Une radicalisation de la démarche qualitative

Si l’ethno bénéficie d’un attrait croissant, c’est bien parce qu’il apporte de vrais avantages dans l’absolu ou comparativement aux réunions de groupe — les deux approches restant complémentaires l’un de l’autre — le premier et non le moindre étant de s’intéresser à l’human insight plus qu’au consumer insight stricto sensu. Mais c'est aussi, nous disent Maria di Giovanni et Céline Grégoire (Sorgem Advance) parce qu'il correspond à une forme de radicalisation de la démarche qualitative, où l'empathie et la curiosité sont les vertus reines.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?