Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Que penser des études marketing online ?

Il y a un vrai paradoxe des études on line…

Ce mode de recueil s’est en effet installé dans le paysage des études quantitatives (un tiers des dépenses en France, essentiellement via les access panels), mais les débats persistent et la question de son bon usage est récurrente…

Quels sont donc les avantages du recueil online pour les études quantitatives ? Quelles sont ses limites ?

Pour quels types d’éclairage le on line est-il plus particulièrement adapté, ou au contraire plutôt à proscrire ? Comment l’utiliser dans les meilleures conditions ?

Voici un premier éclairage sur ces questions difficiles, avec la contribution de trois professionnels, côté instituts d’études.



Nicolas Hebert

Directeur Sorgem Metrics
Un media extrêmement puissant, mais fragile

Un media extrêmement puissant, mais fragile

Pour Nicolas Hébert, directeur de Sorgem Metrics, le on-line concentre des avantages des plus intéressants, et permet en particulier d’écouter le consommateur dans des termes qui remettent en cause la frontière traditionnelle entre les études quantitatives et qualitatives. A la double condition d’exploiter réellement les possibilités qu’offre ce media en l'investissant pleinement, mais aussi de trouver un juste équilibre entre la qualité et le prix des études…

Isabelle Goisbault

DGA Groupe Stratégir
Pour un usage pragmatique du online

Pour un usage pragmatique du online

Si le recueil on-line présente des avantages évidents et qui ne se limitent pas à la seule dimension prix, il a bien sûr aussi ses limites. En particulier pour une des fonctions clé des études, qui consiste à prévoir ou au moins à indiquer le plus clairement possible les comportements futurs des consommateurs en point de vente. C’est sur ces bases qu’Isabelle Goisbault, DGA de Stratégir Groupe nous invite à une vision pragmatique de l’usage d’internet dans les études marketing.

Frédérique Alexandre

DGA Ipsos Interactive Services
Un choix qui se doit d'être éclairé

Un choix qui se doit d'être éclairé

Pour Fréderique Alexandre (Ipsos), le recueil On-line permet aux annonceurs de réaliser des économies sensibles tout en permettant beaucoup de créativité sur les aspects méthodologiques. Mais il doit néanmoins être utilisé en se posant les bonnes questions, en tenant compte à la fois des limites propres à tout mode de recueil, mais aussi de l’hétérogénéité des pratiques en vigueur sur le marché, et de ce que cela implique en termes de qualité !

Que penser… que faire ?

Prenons cette idée simple, qui consiste à dire qu’il y a fondamentalement trois grandes attitudes face aux évolutions techniques et à la nouveauté. La première est celle où prime l’enthousiasme. Une dominante d'esprit critique caractériserait la seconde. Et la troisième serait celle du pragmatisme, qui n‘exclut d'ailleurs ni enthousiasme, ni esprit critique ! C’est naturellement cette dernière qui nous paraît la plus intéressante à suivre, même si on est toujours le dogmatique de quelqu’un d’autre !

En l’occurrence, les études online ne sont pas vraiment une nouveauté, puisqu’elles ont commencé à se développer il y a déjà une dizaine d’années. Elles se sont en tout cas particulièrement bien imposées : elles représenteraient 31% des dépenses d’études quantitatives en France (chiffres 2009, source Syntec Etudes Marketing et Opinion), à comparer à un chiffre de 22% au niveau monde (Source Esomar Global Market Research 2010).

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?