Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?

La recherche marketing s'est développée en procédant par intégration d'apports scientifiques divers : en particulier ceux de la psychologie, de la sociologie, mais aussi des mathématiques (les statistiques) 

Le marketing a-t-il beaucoup à gagner à intégrer les avancées scientifiques récentes ?

Dans quels domaines ?

Pour quelles applications, et quels bénéfices pour les entreprises ?

Voici un premier éclairage sur cette grande question, avec la contribution de trois professionnels du marketing et des études…

 



François Laurent

Co-président de l'Adetem,
Directeur ConsumerInsight
Une prise en compte effective et raisonnable des avancées de la science

Une prise en compte effective et raisonnable des avancées de la science

Pour François Laurent, les apports des sciences cognitives sont considérables, et devraient nous amener à la fois à étudier le consommateur et à marketer autrement. Mais son message de fond est aussi une double invitation à la curiosité et au pragmatisme : le 1er enjeu est bien d’intégrer ces apports au service de l'efficacité des entreprises, sans viser forcément au spectaculaire.

Bruno Poyet

Associé fondateur
Comprendre le consommateur sans s'obliger toujours à l'interroger

Comprendre le consommateur sans s'obliger toujours à l'interroger

L’apport des Sciences Cognitives permet d’expliciter les limites du déclaratif du consommateur, et de gagner en prédictivité, en efficacité. Il y a un réel intérêt à déployer ces savoirs au travers de nouveaux protocoles d’analyse, qui se passent de l’interrogation du consommateur. C’est en tout cas la proposition de Bruno Poyet, ex publicitaire et co-fondateur d’Impact Mémoire.

Eric Janvier

Managing partner
Les mathématiques au service de l'efficacité et de la simplicité

Les mathématiques au service de l'efficacité et de la simplicité

Les progrès récents des statistiques devraient être d’une grande utilité pour le marketing de demain, surtout pour cet enjeu clé de la bonne segmentation des marchés et des clients. Mais le sens de l’histoire est clair aux yeux d’Eric Janvier : les réels progrès seront ceux qui apporteront à la fois plus d’efficacité pour résoudre les problèmes, mais aussi plus de simplicité pour les utilisateurs.

De l’art d’accommoder les sciences…

Le marketing n'est pas une science. Et encore moins une science exacte, comme le relève Bruno Poyet,  et comme en témoignent les nombreux échecs qui jalonnent la vie des entreprises et de leurs produits. Mais il y a ce paradoxe, qui est que l'on comprend peut-être de mieux en mieux ces échecs sans savoir à coup sûr transformer cette compréhension en certitudes, au moins parce que le tout pour les entreprises n'est pas de faire bien, mais de faire mieux que les concurrents. Et aussi parce que le marché est une interaction avec des consommateurs qui s'adaptent et évoluent, et qui rebelotent donc les règles du jeu. S'il y a des échecs, il y a aussi des succès, qui s'expliquent parfois par une intuition géniale, éventuellement par une certaine dose de chance, mais quand même aussi le plus souvent par une connaissance à peu près maitrisée du consommateur.

Le marketeur n'est pas un scientifique ; mais il est un emprunteur, un intégrateur et un praticien. La connaissance du consommateur, des marchés et des conditions de succès s'est en effet "bricolée" en allant puiser (...)

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?