Le baromètre 2017
Etudes et Intelligence Marketing

Etudes marketing et planning stratégique : un mariage de raison ? (volet 2)

Voici bien un couple qui fait parler de lui ! D’abord parce qu’il est dans l’air du temps pour la recherche marketing que de muter en s’ouvrant à des disciplines ou des champs de compétences connexes aux siens. Mais aussi et surtout parce cette association semble à même d’apporter des éclairages des plus puissants pour les entreprises, en vertu de la complémentarité de ces deux univers..

Mais encore ? Cette association des études et du planning stratégique est-elle si évidente à mettre en œuvre ? Comment doit-elle être menée pour apporter les meilleures gages d’efficacité ? Et quels sont éventuellement les pièges à éviter ?

Nous vous proposons de découvrir une seconde série de trois points de vue sur ce thème avec les interviews d'Anne Lerner (GfK), Xavier Charpentier (FreeThinking), Céline Grégoire (Sorgem IMR) et Laure Hirsch (Sanofi)



Anne Lerner

Directrice du département
Quali de GfK
La pertinence et au-delà

La pertinence et au-delà

Si la frontière séparant les deux « disciplines » n’est pas totalement étanche, le planning stratégique est bien porteur aux yeux d’Anne Lerner (GfK) d’une valeur ajoutée à la fois spécifique et éminemment complémentaire à celle des études marketing. Et c’est bien leur « mariage » qui permet d’apporter les éclairages dont les entreprises ont le plus besoin, en conjuguant véritable audace stratégique et ancrage solide dans la réalité des consommateurs, sous réserve que la distinction des rôles soit bien pensée et respectée.

Céline Grégoire
et Laure Hirsch

Head of Sorgem Advance,
et chef de groupe marketing
chez Sanofi
Faire exploser la bulle de verre de la connaissance

Faire exploser la bulle de verre de la connaissance

Que peut réellement apporter de nouveau le planning stratégique dans le fonctionnement d’un institut comme Sorgem IMR dont la vocation affichée a toujours été d’associer une forte valeur ajoutée aux études ? Comment cela se traduit-il en termes d’avantages pour les entreprises clientes ? Quel futur ce mariage préfigure-t-il pour les études ? Ce sont les grandes questions auxquelles répond Céline Grégoire (Sorgem Advance), avec le témoignage de Laure Hirsch (Chef de groupe marketing chez Sanofi).

Xavier Charpentier

Directeur associé et
co-fondateur de FreeThinking
Un métissage fécond mais exigeant

Un métissage fécond mais exigeant

Et si l’association entre les études marketing et le planning stratégique, souvent décrite comme « évidente», était bien plus exigeante qu’il n’y parait à priori ? C’est le point de vue que développe ici Xavier Charpentier (FreeThinking), qui s’attache à définir les conditions permettant de dépasser les indéniables oppositions d’identités existantes entre ces deux mondes pour parvenir à un métissage réellement fécond, en soulignant au passage le rôle particulier des approches collaboratives dans la réussite de celui-ci.

Pour consulter nos précédents dossiers :
- Qu'est-ce qu'une marque efficace en 2011 ?
- Que penser des études marketing online ?
- Ce que les décideurs attendent des études marketing
- Mais comment naissent les "vraies" innovations ?
- Satisfaction Client : des études pour quoi faire ?
- Ce que les annonceurs attendent des instituts d'études
- Comment écoutera-t-on le consommateur dans dix ans ?
- Et si les études marketing étaient une arme anti-crise ?
- Les sciences peuvent elles encore faire progresser le marketing ?
- Ces "petites" études marketing si éclairantes
- Consommateurs : une impossible fidélité ?
- Comment réussir ses segmentations de marché ?
- Baromètre 2012 des études de marché
- Comment réussir son marketing auprès des enfants ?