Le baromètre 2018
Etudes et Intelligence Marketing

Vu, Lu & Entendu

« Notre ambition est que le Printemps soit le plus inspirant possible ! » - Interview de Stéphanie Constant-Perrin, organisatrice du Printemps des Études

13 mars 2019

Le 11 avril prochain démarrera l’édition 2019 du Printemps des Études, le grand évènement annuel de l’univers des études et de l’intelligence marketing en France, avec 14 grandes conférences plus de 70 rendez-vous concentrés sur deux jours, et plus de 2 500 visiteurs attendus. 

Comment se présente cette 8ème édition à un peu moins de 30 jours de l’ouverture des portes du Palais Brongniart ? Quels seront les temps forts et quelles sont les nouveautés au programme ? La chef d’orchestre de l’évènement, Stéphanie Constant-Perrin (Empresarial), répond aux questions de MRNews.

MRNews : En tant qu’organisatrice du Printemps des Etudes, quelles sont les évolutions qui vous semblent les plus marquantes concernant cet univers ?

Stéphanie Constant-Perrin : La santé des études marketing est bien sûr fortement liée à celle de notre économie nationale, avec des perspectives qui sont ce qu’elles sont, ni flamboyantes ni alarmistes. Mais la mutation du secteur est évidente ! On voit que les instituts sont confrontés à un très gros enjeu, celui de l’intégration de cette nouvelle donne autour de la data, dans le contexte d’une digitalisation toujours plus prégnante. Beaucoup de nouveaux métiers apparaissent, liés au digital et à la gestion des datas. La profession sait qu’elle doit s’adapter à cela et travailler différemment, en procédant à une hybridation des savoir-faire. C’est à la fois une nécessité et une opportunité, puisque cela ouvre potentiellement de nouveaux marchés aux instituts d’études. Mais tout le monde ne va pas au même rythme, il y a à l’évidence plusieurs vitesses dans l’appropriation de ce nouvel environnement… L’autre grand enjeu clé me semble concerner celui des talents. Comment les gérer et les valoriser ? Comment en attirer de nouveaux ? Il y a un lien important avec le premier point, le challenge pour la profession étant d’intégrer ces métiers auxquels j’ai fait allusion tout en préservant les fondements historiques de sa valeur ajoutée. C’est vrai côté instituts, mais aussi chez les annonceurs. Là encore, cela ouvre des opportunités.

Ces nouvelles compétences concernent-elles exclusivement le champ du digital ?

Non, en effet. La profession a besoin de data-scientists, mais il y a aussi un réel besoin pour les savoir-faire associés au conseil et au planning stratégique en particulier, ainsi que pour la direction de création. Toutes les sociétés n’ont pas vocation à adopter la même évolution. Mais, au moins pour certaines, il y a une vraie logique à ce qu’elles érigent des plateformes intégratrices d’un large ensemble de compétences pour répondre aux besoins des entreprises, en mode « One Stop ». Ce pas que fait une partie des acteurs vers le conseil me semble flagrant et bien compréhensible, certains grands du conseil n’hésitant pas de leur côté à intégrer les études dans leurs prestations. 

Quels seront les principaux fils directeurs de cette session 2019 du Printemps des Études ? 

Ces deux enjeux que nous venons d’évoquer sont naturellement très présents dans notre programme. C’est le cas pour celui des talents et des nouveaux profils devant être intégrés dans notre univers et en particulier au sein des instituts. Et ça l’est également pour celui de la Data. Il était beaucoup question de ce sujet lors des précédentes éditions, mais avec une relative focalisation sur le thème de la RGPD. Nous allons là déployer une vision beaucoup plus large, avec le multi-source, les outils de traitement de données, la datavisualisation…

Quel thème fera l’objet de la conférence inaugurale, et qui en sera l’orateur ? 

Ce sera celui des « Marques en mutation(s) ». Et, j’en suis très heureuse, cette conférence sera assurée par deux intervenantes d’exception : la présidente d’Ogilvy France, Natalie Rastoin, et Marjolaine Grondin, une startupeuse qui fait beaucoup parler d’elle puisque faisant partie du classement Forbes 30 Under 30 ainsi que du Top Innovators Under 35 du MIT. Elle est la CEO et fondatrice de Jam, qui est une plate-forme conversationnelle pour les 15/25 ans s’appuyant sur des composantes d’intelligence artificielle. L’idée est que cette conférence soit un dialogue entre ces deux personnalités, pour qu’elles puissent ainsi partager leurs analyses des mutations en cours et les perspectives qu’elles envisagent. 

Dans la foulée de ce grand rendez-vous inaugural seront présentés les résultats du Baromètre Market Research News - Callson*, avec la vision croisée entre annonceurs et instituts sur les évolutions de la profession et les priorités pour mieux travailler ensemble.

Il y aura un total de 14 grandes conférences (voir le programme ici). Sans être exhaustif, des thèmes sont-ils plus particulièrement présents ? 

Notre démarche consiste à couvrir tous les enjeux clés de la recherche marketing : l’innovation, la marque, l’expérience client... Mais, cette année encore plus que les précédentes, il sera beaucoup question de la vie de la profession, que soit dans le monde, avec notamment les interventions du nouveau président d’Esomar, Joachim Bretcha, et de Ray Poynter, avec sa conférence intitulée « 10 choses que vous devez savoir sur l’état international du Market Research », ou plus spécifiquement en France. Sur la partie métier, SYNTEC études prendra la parole avec son observatoire consacré à l’arrivée de la génération des Millénials dans le domaine des études, et au regard particulier qui est le leur sur cette profession. Et nous aurons également des séquences de témoignage et retours d’expérience sur le nouvel écosystème du marketing intelligence, ainsi que la conférence des associations sur le thème du mix nécessaire entre l’Intelligence Artificielle et l’Intelligence Humaine.

Y aura-t-il des nouveautés importantes sur le format des interventions ou des animations ? 

La conférence inaugurale sera originale - sur le fond j’en suis sûre - mais aussi sur la forme, avec ce principe d’un dialogue entre Natalie Rastoin et Marjolaine Grondin. Nous allons innover également avec Le Village de la Data. Compte tenu de l’importance de cet enjeu, à la fois pour les annonceurs qui ont un fort besoin d’information et de pédagogie, mais aussi pour les acteurs de l’offre, il nous semblait nécessaire que celui-ci s’inscrive spatialement au sein du Printemps. C’est le principe que nous avons retenu avec le Village, où seront abordées les différentes facettes que sont la collecte, le traitement, la datavisualisation… Par ailleurs, avec Claudie Voland-Rivet, nous avons renouvelé le concept de La Parenthèse grâce à la transformation complète de la salle Labarre — des gradins, un mobilier différent très en phase avec les usages contemporains —, l’idée étant là de faciliter au maximum les interactions entre les start-ups qui viendront présenter leurs solutions et les auditeurs intéressés. 

Du nouveau du côté des sociétés participantes ?

Je suis assez frappée par le fait que de nouveaux visages apparaissent, avec beaucoup de jeunes entrepreneurs. Les quadras ou les quinquas sont toujours là, mais on voit les signes d’un passage de flambeau entre générations, ce qui est un indice de bonne santé. Sur le plan géographique, nous devrons malheureusement compter sur une moindre présence des Américains, peut-être quelque peu effrayés par ce qui s’est passé en France avec les Gilets Jaunes. Les Asiatiques seront eux bien là, plus encore peut-être que les années précédentes. 

Une dernière question enfin, celle de la « marque » que vous souhaiteriez laisser aux visiteurs avec cette 8ème édition ?

Deux études ont été réalisées l’an dernier auprès de nos visiteurs, l’une avec Respondi, et l’autre avec Repères via son outil R3M. Et les trois mots clés qui ont été associés au Printemps des Études sont « Intéressant », « Innovant » et « Riche ». Si nous pouvons faire perdurer cette image autour de ces trois mots clés, cela sera très bien, parce que cela correspond parfaitement au visage des études que nous voulons montrer. Il faut aussi que le Printemps soit inspirant, nous faisons tout en tout cas pour qu’il soit perçu ainsi, c’est notre ambition n°1 ! 

* MRNews est partenaire média du Printemps des Etudes


 POUR ACTION 

Commenter 

• Echanger avec les interviewés : @ Stéphanie Perrin

• Partager sur Twitter ou LinkedIn

 • Découvrir les précédents Vu-Lu-Entendu

• Vous tenir régulièrement informé(e) de l'actualité sur Market Research News